The taste of… Paris

Blog gourmand sur la ville de Paris

Le sympathique Café Léa septembre 27, 2008

Un dimanche matin, il n’y a en général pas grand chose à faire. Peut-être un petit jogging pour se donner bonne conscience, ou bien la lecture des journaux, un ménage longtemps repoussé… ou bien un réveil tardif d’une soirée bien arrosée. Quoiqu’il en soit, un dimanche pour moi ne peut se passer sans brunch. Et puis, un café à Paris n’est pas un (bon) café sans son offre « brunch », réservée dans un recoin du menu.

Près de la rue Mouffetard il y a le Café de Léa. Simple, convivial, sans chichi. Estampillé « bar à histoires » par le guide du fooding (Histoires d’amour? De bouffe? De fesses? On ne sait pas). La carte avait l’air bonne mais nous avons immédiatement craqué sur le menu du brunch. Pour 18 euros nous avions le droit à des entrées (boisson chaude, un jus de fruits, des tartines, etc), un plat selon la saison (lasagnes végétariennes, brick de chèvre à la menthe -photo-, tempura de poulet…) et un dessert (tarte tatin, fromage blanc avec son coulis ou du miel, crumble, sablé au citron…)

Nous étions assises en terrasse pour profiter des dernières chaleurs estivales. Les plats se sont succédés avec rythme, ma brick de chèvre était bien bonne mais se sentait bien seule dans son assiette (une 2nde n’aurait pas été de refus!), les tartines croustillantes, le fromage blanc frais recouvert d’un délicieux coulis de fruits rouges… Que demander de plus pour commencer la journée? Après un tel repas, nous sommes reparties explorer la rue Mouffetard et ses environs.

Café Léa: 5 rue Claude Bernard, Paris 5ème. Tel: 01 43 31 46 30. Métro Censier- Daubenton (l7). Brunch le dimanche de 12h à 16h (18 euros).

Publicités
 

Pemathang: mettez du beurre dans votre thé avril 30, 2008

Après une petite visite la semaine dernière à ce restaurant tibétain (chose rare à Paris), il y a à mon avis 2 sortes de personnes qui se rendent dans ce genre de restaurant:

– ceux qui après les évènements récents (émeutes à Lhassa, torche olympique etc) se sont intéressés à la culture et la cuisine tibétaines. Avec ses photos du Dalai Lama, sa patronne tibétaine typique et ses décorations kitch, le Pemathang est sûrement l’endroit parfait;

– ceux qui, toujours en manque d’exotisme, vont régulièrement dans ce genre d’établissement. Habitués du restaurant tibétain, ils connaissent la carte sur le bout de la fourchette et fréquentent aussi régulièrement les quelques restos kurdes, népalais, et tadjiks de la capitale, authentiques ou non.

Pemathang est l’un des 3 ou 4 restaurants tibétains de Paris. J’y suis allée avec un ami pour lui faire découvrir la cuisine qui m’avait tant alléchée dans les ouvrages d’Alexandra David-Néel, et que j’avais goûtée lors de mon périple sur le toit du monde. Ce que j’en retenais alors: il y a du yak partout. Viande de yak, thé au beurre de yak, lait de yak, yak séché, alcool de lait de yak etc.

Mais au Pemathnag, point de yak, plutôt des substituts! Beaucoup de viande, de plats végétariens, une carte assez fournie et variée, et un bon menu à 16,50 euros comprenant entrée, plat, dessert et bien sûr thé au beurre de yak. Nous avons commencé par la fameuse tsampa, ou bouillie à base de farine d’orge, de viande, d’épinard: bien veloutée, mais pas assez salée. Le plat consistait de plusieurs petites assiettes où l’on piochait à notre guise: riz, curry de veau, légumes et raviolis cuits à la vapeur (ressemblants étrangement aux Xiaolong bao de Shanghai)… En dessert, nous avons goûté aux boulettes de fromages chaudes au miel: consistant, sucré, très bon! Bien sûr, cuisine tibétaine rime avec thé au beurre de yak… Attention ça vaut le détour!

Finalement, le Pemathang est l’endroit adéquat si vous voulez passer une soirée orignale, loin de la cuisine dont vous avez l’habitude. Des plats bons et originaux, certes, mais vous risquez de vous lasser assez vite.

Pemathang: 13 rue de la Montagne Sainte Genviève, Paris 5ème; Tel: 01 43 54 34 34. Métro: Maubert Mutualité.

 

Un après midi à la grande Mosquée mars 25, 2008

salon de thé

Par un après-midi pluvieux où je me traînais d’ennui (hier), j’ai décidé d’aller dans un endroit que je brûlais d’envie de découvrir depuis longtemps: la grande mosquée de Paris. Située en face du Jardin des Plantes, elle cache un véritable havre de paix: pour 2 euros vous pouvez visiter l’intérieur de la mosquée et son jardin aux dalles turquoises. Le minaret culmine à 33 mètres de hauteur.

En fait je n’étais pas seulement venue pour essayer d’apercevoir ce qui se passe dans la salle des prières (où seuls les fidèles ont le droit de rentrer bien sûr): la mosquée, par l’entrée de la rue Geoffroy Saint Hilaire, c’est aussi un salon de thé. Lorsqu’on entre, par la gauche se trouve le hammam, et à droite un grand présentoir où l’on choisit parmi les nombreuses pâtisseries orientales: makrouds, cornes de gazelle, montecaos, doigts de la princesse, baklvahs (2 euros la pièce). Puis nous sommes invités à pénétrer dans l’une des nombreuses pièces du salon: grands sofas, tables rondes décorées de mosaïques, gros rideaux…Ambiance orientale assurée pour un moment de détente autour d’un excellent thé à la menthe que les serveurs, rapides et habiles, vous serviront aussitôt.

Pas encore rassasiés de notre expérience, nous nous sommes ensuite installées dans le patio fumer un narguilé (6 euros, à ma connaissance l’un des moins chers de Paris) et déguster un café turc: malgré le froid, les volutes de fumée nous enveloppaient, parfumant notre peau à la pomme et nous laissant délicieusement enivrés pour le reste de la soirée… Des arbres, des tables de terrasse, un endroit coupé du monde: je n’ai pas pu prendre de photos pour rendre compte de l’atmosphère (météo oblige) mais l’endroit est définitivement top pour ce printemps et cet été. Idéal pour une après-midi entre copines autour d’un thé et de pâtisseries, après un bon hammam!

La grande Mosquée de Paris: 2 bis, place du puits de l’ermite, Paris 5ème. Tel: 01 45 35 97 33. Métro: Place Monge, Jussieu.

Internet: mosquee-de-paris.net

Photo: L’internaute